Escape game leaving room logo

Nous avons profité d’être quelques jours à Nantes pour partir à la rencontre de Julie et JB, qui ont crée Leave in Time, le premier escape game des Pays de la Loire.

Pour commencer, pouvez-vous vous présenter et nous présenter Leave in Time ?

Julie : On a pensé à cela en décembre, janvier 2014, on pensait que c’était bien de lancer un live escape game à Nantes. Du coup on est partis dans l’aventure. Moi j’étais dans l’animation avant, j’avais monté une société d’animation pour les enfants, goûters d’anniversaires, chasses aux trésors au Château des Ducs par exemple… Le public enfant a petit à petit commencé à m’ennuyer, et je voulais retranscrire ces compétences pour un public plus adulte quand l’idée de Leave in Time est arrivé ! On propose deux énigmes : Don Cinto et SOS.  Ces deux énigmes sont disponibles chacune dans deux pièces, on peut donc accueillir simultanément dix joueurs par énigme.

EGF : Vous avez choisi de laisser planer un grand mystère autour de vos énigmes, que peux-tu quand même nous en dire, sans trop en dire, mais donner envie et un aperçu aux internautes ?

Julie : Si c’est une première expérience, on guide vraiment vers Don Cinto, on a fait en sorte qu’elle soit plus simple, avec tous les classiques du live escape game, c’est un univers qui parle à tout le monde qui reste marrant. Et la deuxième énigme SOS, plus difficile, avec d’autres ressorts, on peut faire plusieurs choses à la fois, la cohésion d’équipe sera indispensable.

EGF : Comment as tu connu le live escape game et comment s’est passé le développement de Leave in Time ?

Julie : C’est mon frère qui me l’a fait découvrir, il y avait joué en Europe de l’Est. Il m’a raconté le principe, l’histoire et tout… On s’est directement lancé dedans ! J’ai repris beaucoup d’idées que j’utilisais déjà avec le jeune public car beaucoup de principes du live escape game étaient aussi dans les chasses au trésors ou ce genre d’activité, en les améliorants, les complexifiant. On a essayé de mixer réflexions et amusement au sein de nos jeux. En posant la question à chaque étape : Qu’est ce qui fait rire ? Et on réfléchit autour de ça.

JB : Il y a eu la construction des énigmes puis l’aspect mise en scène et les différents ressorts du jeu qui font que l’on essaye de maintenir une tension permanente ! L’idée c’était de timer le jeu avec des effets de surprises à intervalle régulière, éviter de rentrer dans une routine de code, cadenas, clef. Des idées originales il y en a pleins !

Julie :  Mais en même temps on a mis beaucoup de temps à les réaliser, et au delà de cela, on a eu trois semaines de tests intensifs car on avait pour Don Cinto un jeu qui était beaucoup trop long, on dépassait complètement les limites ! Toutes les équipes de test, amis, familles, sont venu jouer et cela nous a permis d’ajuster le jeu.

JB : Les premières équipes mettaient deux heures avec des indices ! Quand tu crées l’énigme, tu la maîtrises tu as pensé à ci et à ça, l’évidence est là. Mais face à des joueurs, trouveras trouveras pas, compliqué ou non ? Les tests on permis vraiment d’ajuster et de voir les réactions des joueurs et d’enlever ou modifier des choses qui étaient trop compliqués, de retravailler des éléments qui ne s’articulaient pas bien. Par exemple, l’indice de l’énigme cinq arrive trop tôt, c’est trop mélanger. l’aspect « tuning » du jeu est assez long.

Julie : Du coup sur notre deuxième énigme SOS, les phases de tests on été assez longue mais c’était plus timmé de base. On avait moins de problèmes d’erreur de cheminement.

EGF : Vous êtes ouverts depuis quelques mois, qui sont les joueurs de leave in Time ?

Julie : Franchement c’est grand public ! Cela se joue de 18 ans, étudiants, jeunes adultes, beaucoup de familles le week-end et groupe d’amis. Là on commence à avoir beaucoup de réservations d’enterrements de vie de jeune fille, enterrements de vie de garçon. On a aussi du team building d’entreprise. Le bouche à oreille fonctionne très bien ! On a pas tant communiqué que cela.

JB : Le bouche à oreilles marche très bien ! Et surtout on est très content que cela marche, et tout à l’heure je disais en rigolant que nous n’avions pas pris de coup de poing mais tout le monde sort content ! On a vu passer tous les types de personnes, le jeu est suffisamment large pour que cela plaise à tout le monde. L’effet de groupe marche très bien ! C’est vraiment un jeu d’équipe. Et même les personnes qui ne se déclarent pas joueurs ou qui sont au fond de la pièce pour le brief, en se disant j’y vais mais parce que on m’a fait venir, mais ça ne doit pas être pour moi. Et en fait, ils se prennent très vite aussi. C’est la très bonne surprise, on avait pas la garanti que cela soit si large et c’est le cas !

Julie : Effectivement nous on était pas du tout dans l’optique de monter deux autres pièces aussi rapidement et c’est l’engouement qui a fait que nous avons passé la seconde !

EGF : Vous avez surement une anecdote à nous raconter ?

Julie : on a eu des maris très désagréables avec leurs femmes. On se disait que ça finirait en pugilat. Mais pas tant que cela… Ah mais en fait si, on en a une très belle ! Un soir, un des cadenas ne s’ouvre pas…

J.B. : Ah oui, il était fermé et ne répondait à aucun code, donc meuleuse à piles !

Julie : Sans se faire remarquer, en pleine partie !

J.B. : Donc je dis à l’équipe de partir sur l’énigme d’après, je rentre tranquille avec la meuleuse, gerbe d’étincelles ! Cadenas ouvert ! Je suis sorti personne n’a rien vu ! Donc on l’a toujours sous le bureau en cas de !

Merci beaucoup à Jean Baptiste et Julie de Leave in Time, pour leur chaleureux accueil !


Leave in Time, 2 allé des Tanneurs, 44 000 Nantes RESERVER

ouvert tous les jours de 10h à 22h, de 19€ à 30€ par personne.

www.leave-in-time.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here